En route pour le Sahara

L’enfange m’a appelé.
– Tu as vu Papitou, Mamili a raconté mon aventure
– Oui, je l’ai lue.
– Alors, tu sais que ce n’est pas vrai ! Mamili n’était même pas là, c’est nous qui lui avons raconté.
-Je sais, mais ta grand-mère aime écrire des histoires, elle s’est inspiré de notre récit.
-Oui, mais elle a oublié des trucs, toi, tu étais là, tu n’as qu’à raconter la vérité.
-J’aimerais te faire plaisir, mais je n’ai pas son talent.
-Et alors ? Tu n’as qu’à écrire avec ton cœur.

L’enfange pensait que les grandes personnes étaient bien compliquées…

Ce jour-là sa grand-mère  était partie faire un stage, j’étais donc seul avec lui.
Soudain, en début d’après-midi, il me demanda :
– Pourquoi elle n’est pas là, Mamili ?
– Tu sais bien, elle te l’a dit hier, elle est en stage, elle va rentrer ce soir.
– Non, Papitou, tu ne sais pas, tu ne comprends pas, elle ne va pas rentrer, elle est partie au Sahara.
Il m’amena dans sa chambre où il prit le globe et pointa son doigt sur le désert africain.
Il me dit, plein d’assurance, mêlée d’une pointe d’inquiétude :
– Elle est là, et nous devons aller la chercher, nous n’avons pas une minute à perdre !
– Attends un peu, réfléchissons, c’est loin tu sais,  il faut préparer le voyage, je vais d’abord chercher l’atlas.IMG_9761
– Montre moi la page de l’Afrique… Tu vois, là derrière ces dunes, c’est là qu’elle se trouve. Vite, dépêche-toi !

IMG_9763
– Attends un peu, nous devons prendre un sac et des provisions.
– Nous n’avons pas le temps, je prends une bouteille d’eau parce qu’il fait chaud dans le désert, toi tu prends l’atlas, il est bien trop lourd pour moi.
L’enfange était bien décidé, mais il n’avait aucune idée de la manière dont on pouvait se rendre au Sahara.
Je lui proposai d’aller à la gare pour prendre un train. Il devait sans doute y en avoir qui allaient en Afrique. Sur le chemin je lui fis remarquer que nous n’avions pas d’argent pour voyager.
– Tu parles comme les grandes personnes, l’argent ce n’est pas important, nous allons nous débrouiller, et si quelqu’un nous demande le billet, on fera « Groumph, groumph, groumph » *, il aura peur et il s’enfuira.

Arrivés à la gare, il y avait déjà des personnes qui attendaient au guichet, je me mis dans la file. Pendant ce temps l’enfange alla parler à une dame dans la salle d’attente pour lui expliquer par le menu détail notre projet. C’était une très gentille dame, mais elle lui dit qu’elle n’était pas sûre que le train pour la Sahara s’arrêtait dans cette gare.
Puis vint notre tour, et l’enfange demanda à la guichetière à quelle heure était le prochain train pour le Sahara, elle ouvrit tout grands ses yeux, puis sourit pour lui dire qu’il fallait prendre l’avion à Nice, mais il n’y avait plus de train pour Nice aujourd’hui.
L’enfange était un peu dépité, mais il n’était pas à court d’idées. N’étions-nous pas dans un port? Un bateau pourrait sûrement nous emmener.
IMG_9738
En voyant ma mine sceptique, l’enfange me dit :
– Allez Papitou, ne te décourage pas, nous allons y arriver, et ramener Mamili
– Tu sais, y aller en bateau prendrait plusieurs jours, et puis dans ce port il n’y a pas de navires de transport, ce ne sont que des bateaux de plaisance, mais on peut aller voir si le bateau de Mamili est toujours là.
Il y était.

IMG_9744
Je dis à l’enfange
– Tu vois, elle a laissé son bateau parce que le voyage aurait duré trop longtemps.
– Vous êtes bizarres, les grandes personnes, vous construisez des trains, des avions, des navires et plein de moyens de transport et vous ne pouvez pas aller où vous voulez. Sur ma planète, je n’ai aucun engin, et pourtant je peux aller partout.
– Tu ne peux pas comparer, ta planète est toute petite.
– C’est vrai, mais regarde comme je voyage d’un astéroïde à l’autre.
– Enfange, j’ai lu le petit prince Saint-Exupéry, tu lui ressemble beaucoup et je pense que lorsque tu es tombé sur la Terre, tu a atterri dans le Sahara, et que tu veux y retourner pour repartir sur ta planète, tu as juste pris un peu d’eau pour arroser ta fleur.

IMG_9764
– Tu confonds tout, tu mélanges tout, je suis bien ici, Mamili et toi êtes mes amis, je vous ai apprivoisés, et j’ai juste peur que Mamili soit partie pour rejoindre sa planète à elle. Tu sais, je l’aime beaucoup.
– Je sais, nous t’aimons beaucoup aussi et sommes heureux que tu sois entré dans notre vie, et crois-moi, Mamili ne t’abandonnerait jamais
– Oui, mais elle a peut-être été enlevée, vite dépêchons-nous.
– Oui, mais que faire ?
– Le tapis, dans le salon, c’est peut être un tapis volant.
– Non, je ne pense pas, et puis, il y a trop de vent, nous tomberions dans la mer.
– Il reste une solution, il faut passer sous la mer, et nous allons creuser dans le sable sur la plage, jusqu’à ce qu’on ressorte au Sahara. N’oublie pas de prendre l’atlas, comme ça on ne se perdra pas.

Et nous allâmes à la plage, et je commençai à creuser sous le regard de l’enfange qui m’encourageait, et puis le vent se fit de plus en plus fort, il y eut une tempête de sable, le petit prince pleurait à cause du sable dans les yeux, et aussi parce que la mer faisait soudain de plus grosses vagues et vint inonder notre trou.

Je lui donnai mon sweat à capuche pour qu’il se protège du sable, et le consolai.
A ce moment, Mamili qui venait de rentrer m’appela pour me demander où nous étions.
Je lui expliquai que nous étions pris dans une tempête de sable sur la plage.

20171027_181414

Alors, je dis à l’enfange que Mamili était bien rentrée à la maison et qu’elle allait venir nous chercher en voiture.

– Comme c’est loin, il faudra se mettre en route tout de suite, j’ai regardé sur une carte, et il faut traverser toute l’Espagne avant d’arriver en Afrique. Tu crois qu’on sera arrivés au Sahara demain ?

Un grand merci à Lili qui a déclenché chez moi, l’envie irrépressible de lire « le Petit Prince » et combler une très grosse lacune. Ça fait des années et des années que je pense à le lire, et il m’aura fallu plus de cinquante ans pour le faire.
J’ignorais que ce livre était à la maison, et hasard, (mais le hasard existe-t-il?) j’ai croisé son chemin il y a trois jours en faisant du rangement.
J’ai lu ce livre d’une traite, et j’en suis encore émerveillé.
J’en referai la lecture avec un grand plaisir pour le petit G. la prochaine fois que nous irons le chercher à l’école.
Le trajet est un peu long, et je pense qu’il va adorer, tout comme moi, et c’est fou comme j’ai pensé à lui en le lisant ce matin.

 

* »Groumph, groumph groumph » est le cri de colère de Mamili, adopté par le petit G.  Il est généralement suivi de « ma vengeance sera terrible »

© Pierre Grandmonde

Edit : Au départ, j’avais nommé « petit prince  » le héros de cette aventure, et puis, je me suis dit que le petit prince, bien qu’universel n’appartenait qu’à Saint Exupéry.
J’ai donc dénommé le personnage « l’enfange » qui est une invention du petit G. son double imaginaire.

Publicités

Casseroles

img_7766

le nom de la boutique change, les habitudes restent

Penelope est parée pour faire ses confitures
(ouh le vilain sexiste que je suis) 🙂

Alors le Fifi, va-t-il aller au bout ?
je tire les cartes vite fait…
je prends le pari qu’il se retirera…

© Grandmonde2017

Dis Tonton, c’est par où la gauche ?

Et oui je suis comme ça, imprévisible, je peux laisser ce blog en jachère, que dis-je à l’abandon pendant des mois et d’un coup publier plusieurs articles en quelques jours.
Faut dire que j’essuie les dépressions, comme d’autres essuient des tempêtes, il n’y a pas si longtemps j’étais dans l’oeil du cyclope et je me retape doucement.
Read More

Les médias font-ils l’élection ?

C’est une question que pose France Culture ce matin
(texte intégral ici )
Une question qu’elle est bonne et à laquelle je vais répondre en deux coups de cuiller à pot.
– Oui, du moins en partie
– Euh c’est un peu léger pour un article de blog, qu’elle me dit Lili, qui elle même en tient    un que vous pouvez aller visiter, c’est par là
– Ben justement tu trouves souvent que je manque de légèreté
– Tu vois quand tu veux… Read More

ça urge, l’apocalypse approche

Salut les gens, ça fait un bail que je n’ai rien écrit sur mon blog, mais là, le temps presse.
fin-dumonde

Je ne sais pas si vous êtes au courant mais l’apocalypse n’est pas pour demain, elle arrive dans  deux minutes trente secondes.

Je ne me base pas sur des théories fumeuses issues des milieux conspirationnistes, lesquels nous promettent toujours une fin imminente comme dans cet article sur lequel je suis tombé par hasard en faisant mes recherches d’illustration.
Si on devait se fier aux conspis, nous avons échappé à la fin du monde un bon nombre de fois : l’éclipse,2012, le calendrier Maya, la 10ème planète, Nibiru, les astéroïdes, les extra-terrestres, Nostradamus…  j’en passe et des plus farfelues Read More

Interieur nuit

Le deuxième roman de Marisha Pessl.
Un thriller qui se déroule essentiellement à New York avec comme point de départ, la mort d’Ashley Cordova, jeune femme  de 24 ans entourée de mystère.
La police a conclu rapidement à un suicide, mais le journaliste d’investigation Scott McGrath a des doutes.
Il faut dire, qu’Ashley est la fille du grand réalisateur Stanislas Cordova, sur lequel le journaliste avait enquêté quelques années auparavant, suite à certaines rumeurs.
Et il s’était cassé les dents sur ce cinéaste on ne peut plus secret, que personne n’a vu en public depuis plusieurs dizaines d’années.
Considéré comme le maître du cinéma d’angoisse, il explore dans ses films les tréfonds les plus sombres de l’âme humaine.
Read More